Les sources.
_ 1

Une des principales sources de référence sur cette date est « Château de Versailles 21.06.1988 » de Cochon Production.

De qualité moyenne, cet enregistrement ne fait pas partie des meilleurs de la tournée française de 1988. Généralement, l’enregistrement de Lille ayant la plus grande notoriété.

Cette production offre plusieurs intérêts :

L’INTRO, le speaker qui précède de quelque minutes le démarrage du concert, demandant au public de bien vouloir patienter mais qui a surtout pour but de chauffer un peu la foule. Ce qui marche d’ailleurs à fond.

La qualité sonore moyenne, en terme de mixage a cependant la qualité de présenter peu de bruit de fond, sur une bande passante assez large, puisque l’analyse spectrale présente du signal jusqu’au delà des 17KHz. Par contre la partie basse du spectre est presque vide (pratiquement rien jusque 500 – 600Hz).

On dispose là d’un son plutôt clair.

Les manifestations du public sont sévères dans le premier quart du concert, ce qui se retrouve sur la plupart des enregistrements, le public étant complètement assommé à l’issu du Terminal Frost ( Au cause des lasers qui font des vagues …sûrement !). En majorité constitué de cris courts ou de conversations ponctuelles, les beuglements déchaînés sont très vite peu gênants.

Cet enregistrement, visiblement déjà traité, présente la totalité de la Set List standard sur cette tournée.

La position d’enregistrement devait se situer dans la partie centrale avant du site, et cette version, stéréo, révèle pratiquement rien des effets quadriphoniques diffusés sur le site par les pods latéraux et arrières.

On y trouve pas, comme dans la quasi totalité des bootlegs, la bande son « Soundscape » de plusieurs minutes qui précède le démarrage réel du concert et qui plongeait déjà le public dans un environnement sonore spectaculaire.

_ 2

Un second enregistrement de cette date sur cassettes «  Tape I ». Récupéré dans les mois qui ont suivit le concert grâce aux petites annonces de Rock & Folk. Sur K7, probablement de 2eme voir 3eme génération, sur des outils de l’époque, le son présente tout le panel de bruit de fond, sifflements et saturations imaginable. Pourtant, la qualité et la valeur de cette version reste primordiale :

_ Pour ce genre de version le bruit du public est finalement peu important.

_ Limité au delà de 10 – 12 kHz (les bruits de fond détruisant le rapport signal sur bruit au delà) la description des basses est plutôt bonne.

_ La position de l’enregistrement sur le site : Probablement situé dans 1 tier arrière de la place d’armes, le poids des diffusions quadriphoniques coté et arrière est sensible. Ce qui donne une bande son chargée d’effets spéciaux et de tonalités complémentaires à la diffusion principale précieuse.

_ Sans interruptions graves, cet enregistrement contient la totalité du concert ainsi que le feux d’artifice qui a suivit qui se conclut par des remerciements de Gilmour.

J’ai eu la bonne idée à l’époque de conserver ces K7 bien emballées et de les tenir au court du temps à l’abris de l’humidité et des variations de températures.

Complémentarité des sources d’enregistrement :

Positions probables des enregistrements disponibles 

Retour à l'accueil